Tentative de disparition | Dans ma tête

Chanson

Gauvain Sers & invité Pourvu

  • 20h00

Voir en ligne : www.gauvainsers.com

Il n’y avait plus rien. Le genre avait disparu. Cette chanson française si particulière que l’on aimait tant, à la fois tendre et engagée, semblait s’être éteinte. L’héritier de Georges Brassens, Jean Ferrat et Renaud, pourtant lui toujours vivant, était introuvable.

Quand soudain (roulement de tambours ou « tatatinnn » comme dirait ce même Renaud) déboule Gauvain Sers. En écoutant Pourvu, qui ouvre son premier album, on peut successivement esquisser un sourire, serrer les poings, sentir ses yeux humides et surtout avoir envie de chanter à tue-tête une mélodie qui s’inscrit déjà très haut dans le répertoire de nos grandes chansons populaires.

Le responsable de cette belle prouesse qui nous fait du bien en ces temps troublés est âgé de 27 ans. Un parcours surprenant qui démarre… Dans la bagnole de son père (le titre de la deuxième chanson de l’album). Dès lors que celui-ci arpente les routes de la Creuse où la famille réside, passent dans l’autoradio des cassettes de Brassens, Ferrat, Gainsbourg, Souchon et bien entendu Renaud, mais aussi Dylan, Simon & Garfunkel, Neil Young…

Au bout du fil, un certain Renaud, oui le chanteur, qui après avoir écouté Pourvu grâce à son assistant, demande à Gauvain d’assurer ses dix premières parties dans le Zénith de Paris qui faisait tant rêver le Gavroche d’adoption.
La bienveillance de l’auteur de Mistral gagnant qui sent évidemment la filiation permet à Gauvain de se sortir haut la main de cet exercice toujours délicat. Et plutôt que de huer comme cela se fait d’habitude celui qui fait la première partie, le public va se précipiter pour acheter son EP auto-produit, à raison de plusieurs centaines tous les soirs. Un tel triomphe que Renaud va embarquer Gauvain sur l’ensemble de sa tournée.

Guitare et chant : Gauvain Sers • Guitare : Martial Bort

Tarif Normal : 16 €
Tarif Réduit : 13 €
Tarif Jeunes -15 ans & Vitaculture : 5,50 €

Rechercher